top of page
Rechercher

Il ne pense qu'au pain

Dernière mise à jour : 16 oct. 2023



Il a créé ce lieu d’accueil car recevoir des personnes sur le chemin le nourrit. Il échange, il philosophe, il partage. Il y met tout son cœur, tant au niveau de la déco qu’au niveau des produits de première qualité qu’il propose à ceux qui font escale chez lui.


Cela fait maintenant cinq ans qu’il reçoit, sert, range, nettoie, prépare et attend les suivants.

Sur une table à l’entrée de la salle, il a déposé un livre d’or et chacun peut y laisser une trace, un mot, une phrase. Alors, son petit secret à lui, c’est que chaque matin, suite au départ des pèlerins, il se délecte des avis positifs inscrits sur le parchemin. Cela fait chaud à son cœur et renforce le sens de la mission qu’il se donne.


Mais ce matin, il n’arrive pas à saisir le balai et encore moins l’éponge. Devoir aller au marché pour préparer le repas des arrivants de ce soir le plombe. Il se sent découragé.

C’est la première fois qu’il lit, noyée au milieu de compliments, une plainte laissée par des clients mécontents du pain, rassis à leur goût. Cela le tracasse, lui qui s’applique à tout rendre parfait. Alors il s’interroge. Peut-être devrait-il faire ses courses plus tard dans la journée ? Oui mais s’il venait à rater l’arrivée des clients ? De plus, est-il sûr que le boulanger fait cuire une fournée l’après-midi ? Non… en général, cet homme fait la sieste.


Il tourne dans sa tête cet avis défavorable et en fait sa prison. De la stupeur, il est passé à la colère et s’énerve contre ces touristes qui n’ont eu que ça à dire ! A le dégoûter de son métier !


Puis avec le temps, il se calme et reprend sa tâche avec application.


Quelque chose a cependant changé. Il demande à chaque passager ce qu’il pense du pain, insistant à en devenir étrange…


Un jour, une oreille attentive le rassure mais l’hôte insiste, tant sur la qualité que sur la quantité. « Etes-vous sûr d’en avoir assez ? Voulez-vous que je le grille ? Le préférez-vous comme ça ? Est-il assez frais pour vous ? ». Le pèlerin au chapeau mou l’interpelle et lui exprime qu’il peut se tranquilliser avec le pain, tout va bien !


C’est l’occasion rêvée pour cet homme de partager enfin sa peine. Pouvoir dire à quelqu’un combien ça l’a touché de lire ce reproche, il y a deux ans maintenant, lui qui fait tout pour que son accueil soit fameux. « Vous vous rendez compte, ils n’ont retenu que ça ! ! », dit-il, le regard triste…


Celui qui l’écoute lui fait juste remarquer que les critiques négatives sont vraiment peau de chagrin à côté des éloges inscrites sur son cahier. Certes, mais lui ne retient que celle-là. Les autres n’ont plus d’odeur ni de saveur. Comme quoi, un quignon de pain peut tout effacer d’un coup !


Et cela est vrai, tant pour les passagers d’un soir que pour lui qui accueille. Ils n’ont écrit que là-dessus à en oublier le reste, et lui ne retient que cette remarque à en oublier toutes les autres.


Comme quoi, ce métier de rencontres a du sens si toutefois il trouve la pancarte indiquant la direction… S’arrêter chez lui pour lui permettre de s’arrêter sur lui afin qu’il découvre, au travers de ces gens de passage, ce qu’il a à regarder en lui et qu’il pourrait changer…


A ce jour : ne retenir que ce qui ne lui convient pas…

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page