« Toi mon coco, je t’ai à l’œil ! Et si je t’attrape… ça va chauffer ! ». 

Avez-vous déjà entendu cette phrase ? Elle est souvent revenue à mes oreilles. Aujourd’hui, ces petits mots deviennent communs et prennent un tout autre sens… Quoique…Celui qui recevait ces propos n’avait qu’à bien se tenir. C’était une menace, annonciatrice d’une punition, voire d’une gifle. 

Et aujourd’hui, qui est vraiment coco ? Et qui professe cet avertissement ? 

Coco peut être le covid19 et celui qui lance la sommation, chacun d’entre nous… à une exception près, c’est que l’attraper peut couper le souffle. Le plus fort n’est pas toujours celui qu’on croit. « Si je t’attrape, je te tords le cou ! ». Est-ce certain ? n’est-ce pas parfois une illusion ? qui tord le cou à qui ? ça chauffe, mais pour qui ? pour coco ou pour celui qui donne la claque ? 

Cela m’évoque des retournements relationnels souvent inattendus. Je pense aux adultes qui nourrissent un mode dominant dominé envers les enfants. Ils montrent, l’œil sombre tout à coup, une main prête à frapper pour faire plier le plus faible. Puis un jour, la dynamique s’inverse. L’adolescent utilise à son tour le mode relationnel qui lui a été proposé et qu’il a bien intégré. Combien de parents craignent aujourd’hui leurs enfants ? Ils sont nombreux. Alors, certains adultes redoublent de violence afin de gagner la bataille. Ce que font certains scientifiques en ce moment même : venir à bout de ce virus en cherchant à l’éradiquer. Montrer qui sera le plus fort. Lui faire la peau avant qu’il ne se fasse la nôtre. Encore et toujours une guerre. Cela dure un temps… Et jusqu’à quel âge ? Des parents quittent cette Terre sans avoir vécu le temps de la réconciliation avec leurs enfants, sans avoir mis de mots, d’adulte à adulte, au cœur de leur relation. Traîner ses reproches, ses regrets voire sa haine ou son silence jusqu’à la tombe… Comme ça doit peser lourd et comme c’est triste… 

En sera-t-il de même pour nous ? Quitter cette Terre sans nous réconcilier avec elle ? Et si c’était ce virus qui nous appelait coco plutôt que l’inverse ? Il s’adresse peut-être à chacun d’entre nous ! « Si j’t’attrape, ça va être ta fête ! Tu as intérêt à te tenir à carreau avant que je te torde le cou ! Rira bien qui rira le dernier ! Tu n’es pas conscient de ce que tu fais ? Je vais te rafraîchir les idées moi ! Tu vas voir, ça ne va pas être long ! ». Et il observe… 

Il voit des lumières qui s’allument, des humains qui se réveillent et s’éveillent, alors il se calme un peu. Puis en tournant sur lui-même, il en voit d’autres qui renforcent leurs systèmes sans queue ni tête. Alors ses pics se hérissent. Pour l’instant, il récupère encore de ses premières attaques, mais il se tient prêt, prêt à bondir plus fort, plus loin, jusque dans les oreilles pour être entendu, comme les adultes qui hurlent dans les oreilles des enfants lorsqu’ils s’imaginent qu’ils sont sourds alors qu’il n’en est rien. Ils ne veulent juste pas écouter ce qui leur est dit. 

Mais pour vraiment entendre coco, cela nécessite de lâcher le comprendre, les calculs, les recettes de cuisine… Juste prendre de la hauteur tout en baissant la garde et regarder le résultat des travaux des chercheurs fous qui œuvrent sur le commandement de quelques-uns, ceux qui rêvent de dominer le monde. Parce qu’aujourd’hui, il existe des êtres qui veulent braver les lois de la vie, oui… au nom de leur égo, même si ce n’est pas ce qu’ils énoncent. L’obscur a toujours avancé masqué. Il sait être malin et manipuler son monde. Ce qui me fait chaud au cœur, c’est qu’au-delà des carnages qu’ils sont capables de générer, ils n’ont jusque-là jamais eu le dernier mot… J’espère qu’ils entendent ce que leur dit coco, j’espère ! 

Car ce petit être invisible adore s’emparer de ce qui est vide, et surtout de ce qui est vide de sens !

Anne Weyer

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.