Comme notre société est devenue étrange… 

Nombre de pratiques obscures se développent. Le contrôle à tout va se multiplie, contrôle justifié par des annonces journalistiques bien organisées. Les foules sont manipulées sans vergogne par des calculateurs, des technocrates et de nombreux journalistes. Ceux qui mènent la danse se tiennent la main et créent à eux tous, une approche markéting du tonnerre. Oui, ils constituent une chenille qui petit à petit, l’air de rien, se transforme en chaîne. 

La manipulation est un art. Il n’y a pas de doute là-dessus. Elle est subtile, elle est fine, elle est tordue. Et elle fonctionne auprès de tout être manipulable. Elle réussit à faire croire au peuple suiveur que ce qui est initié est là pour leur bien. Tant que le propre domaine de chacun n’est pas touché, les citoyens arrivent à se laisser convaincre. Parce qu’effectivement chacun ne connait que ce qu’il vit. En revanche, si le pré carré de l’un d’eux est à son tour pris dans le filet d’un contrôleur en goguette, la personne concernée peut le vivre comme une véritable injustice. Alors il devient possible de prendre conscience du décalage entre ce qui est vendu par les médias et ce qui est vécu par l’être atteint. 

Juste pour exemple, les informations nationales ont claironné à qui veut bien l’entendre que le monde de la formation détournait l’argent public. Peu de personnes ont fait le lien avec les détournements de fonds de ce secteur au profit de campagnes électorales, puisque cela n’a pas été dit. En revanche, chacun a pu penser qu’effectivement, il était temps de vérifier ce que trafiquaient ces électrons libres ! Et c’est ainsi que des contrôleurs ont été envoyés tous azimuts chez les formateurs indépendants. La moitié d’entre eux ont dû mettre la clé sous la porte, l’autre moitié saura-t-elle résister aux obligations supplémentaires mises en place ? A suivre… Ce qu’il en ressort en tout cas, c’est que ne seraient devenus fiables que les plus gros organismes de formation. Les petits n’auront plus qu’à travailler en sous-traitance pour ces derniers… 

Un ramassis de mensonges offerts avec une tonne d’arguments convaincants, des théories fumeuses qui sentent parfois le roussi et les groupes sont passés au crible les uns après les autres, ce qui évitent une résistance de masse. Si toutefois, la tactique dérape et que des colonnes d’individus défilent dans les rues en portant des bannières, les dirigeants se calment et se confinent entre eux pour chercher une porte d’entrée plus discrète… 

Ainsi l’étau se resserre, tranquillement mais sûrement. Il s’appuie sur la division. Là est toute la force de l’ombre… Diviser pour mieux régner. Ils montent les corps des uns contre les corps des autres. Lorsque je parle de corps, je pense par exemple à celui des enseignants, celui des fonctionnaires, celui des retraités, celui des… La liste est longue et les barricades faciles à construire. 

Cette organisation bien huilée génère une méfiance, voire une suspicion à l’égard des autres. Elle avance et grossit… sans faire trop de bruit. 

Puis un jour, Coco débarque ! Et c’est tout un système qui vacille. Chacun gère comme il peut ce qu’il vit… Les contrôles se restreignent juste à surveiller ceux qui se promènent au-delà d’une heure par jour. Cependant, la méfiance perdure. Elle est installée et ne se fait pas déloger par ce minus intrusif. 

Et voilà ce que ça génère… 

Des personnes portées par un élan relationnel vers l’autre décident de venir en aide aux personnes seules, démunies ou perdues au milieu de leurs propres dysfonctionnements relationnels lors de ce confinement national. Être là, se montrer présent, comme ça, sans monnaie d’échange, juste pour 

tendre la main… Afin de faire connaître cette présence possible au plus grand nombre, ils diffusent cette initiative à leurs réseaux respectifs et contactent la Presse. 

Quelle n’est pas leur surprise d’entendre que c’est étrange… voire suspect… 

Oui, le constat est là : aujourd’hui, dans notre société, quand on avance avec le cœur, nous sommes suspects. Contrôlables ? 

Coco, s’il te plaît, comment peux-tu faire pour leur permettre enfin d’entendre que la division est une mauvaise opération ? 

Anne Weyer

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.