Média_Texte_L’humour dévastateur

L’humour dévastateur

Il a l’âge ingrat de la préadolescence. Il n’y a pas longtemps qu’il n’est plus un enfant mais il éprouve de réelles difficultés à s’insérer dans les discussions des adultes. Il en a le désir mais il n’a pas encore le verbe. Il cache derrière ses mains les boutons qui surgissent toujours au mauvais moment en plein milieu de son visage. Des plaques rouges s’étalent autour des points rageurs qu’il gratte l’air de rien. Il pense dissimuler ses lumignons, il les rend plus visibles. Il se penche l’air gêné. Sa mère lui ordonne de se redresser. Il devient écarlate. Son frère ne le rate pas. Il profite d’un silence pour moquer sa rougeur. Le pubère pouffe de rire, cela rend la gêne moins prégnante. Il attend avec grande impatience que l’attention se porte sur un verre vidé de son contenu, sur une mouche qui passe, sur un gâteau qui tombe. Il appelle à la rescousse, dans son silence intérieur, le Dieu qui pourrait le sortir de sa honte naissante. Dieu, il ne sait pas qui c’est. Il se demande s’il existe. Mais dans ces grands moments de solitude, il s’en crée un au visage bienveillant. C’est peut-être parce que les regards se détournent de lui que peut naître une croyance. Parfois, il ne faut pas grand-chose. Juste une main invisible qui semble se tendre quand le malaise s’installe. Tout redevient normal.
Mais il a la maladresse de son âge. Il ne maîtrise pas encore ses membres grandissants. Alors qu’il saisit la bouteille d’eau échouée au milieu de la table, son bras accroche le verre de son voisin et tout le vin s’étale. Sa mère le houspille. Son père le ridiculise. Son frère explose de rire. Sa sœur éponge tant qu’elle peut le liquide vermillon qu’aspire la nappe brodée. Chaque membre de la famille décrit le maladroit, se confond en excuses auprès des autres convives, bouscule le jouvenceau en lui secouant le bras. La table éclate de rire. Seule la maitresse de maison s’interroge sur cette souillure énorme qui risque de gâcher les broderies à jamais. Elle recouvre de sel le rouge du visage qui s’étale désormais sur le coton central. Il avait tout juste tremper ses lèvres dans un vin liquoreux au début du repas, mais chacun ironise sur son incapacité certaine à maîtriser ses gestes suite à l’alcool goûté. Sa mère intervient tout à coup pour rassurer tout le monde: « Non non non, pas du tout ! Il est toujours comme ça ! Venez à la maison !». Le jeune homme s’esclaffe car il vaut mieux en rire, ainsi cela passe plus vite.
Les sujets ont repris tout autour de la table. Il tente de bien suivre tout ce qui se raconte. Puis il hasarde une question, un truc qu’il ne comprend pas. Là c’est l’apothéose. Le comique de la soirée, c’est lui sans aucun doute. Il regarde les gens, il a les yeux qui brillent. Il ne saisit pas ce qui leur semble drôle. Mais personne ne répond à ce qu’il a demandé. Son frère s’esclaffe encore, il le dévalorise, et le traite de con. Les parents ne relèvent pas, cela paraît normal. Il entend simplement qu’il doit tourner sa langue sept fois dedans sa bouche avant d’oser parler. L’ado est dans sa bulle, paniqué et perdu. Il ne sait pas nommer ce qu’il ressent alors, parce que cela non plus, il ne sait pas ce que c’est.
Demain il sera adulte. Il pourra devenir rouge, il pourra être gêné. Il pourra se cacher. Il pourra même se taire. Fera-t-il le lien avec cet aigre humour, celui des repas de famille ? L’humour dévastateur des adultes en goguette, des jeunes sortis du piège qu’étaient son frère, sa sœur ?
Elle prend racine là, la honte ressentie. Celle qui surgit parfois, résultante d’une expression banale chopée à la va-vite, d’un rire un peu moqueur, à la fin d’une question qu’il ose enfin poser…
Mais qui donc doit tourner sa langue dans sa bouche ? Est-ce l’ado qui cherche et puis se cherche ou l’adulte accompli mais dépouillé pourtant de la délicatesse ? S’il vous plaît prenez soin des mots que vous prononcez, des gestes que vous offrez… Leur portée peut se montrer féroce et ça pour très longtemps.

ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies