Média_Texte_Intimité publique

Intimité publique

Levée à six heures et demie, Ludivine déjeune d’un thé sans sucre et de deux biscottes sans sel. Elle file dans sa salle de bains, se brosse les dents, nettoie son visage à l’eau de bleuet, prend sa douche. Elle s’essuie avec application et se passe sur le corps un lait très nourrissant. Elle choisit ses vêtements avec minutie, s’habille puis se coiffe. Séance de maquillage. Elle applique sa crème de jour et se masse doucement la peau vers le haut en prévention des rides. Elle recouvre cette dernière d’un fond de teint hors de prix. Aucun bouton ne résiste. Ils sont tous camouflés. Elle dessine avec dextérité un trait noir au liner sur le bord de ses yeux. Elle choisit le far à paupières assorti à sa tenue. Elle est vêtue de gris. Elle clôt cette séance en rebiquant soigneusement ses cils d’un ricil dernier cri.  Les créateurs sont forts pour inventer celui qui se rend indispensable pour qui souhaite s’offrir un vrai regard de chatte. Deux trois pchitts d’eau de parfum. Elle enfile son imper, attrape son sac à mains et sort. Elle referme la porte de chez elle. Il est 8h.
Ludivine est impeccable, tirée à quatre épingles.
Elle marche comme elle peut jusqu’à la bouche de métro. Sa jupe est trop étroite, ses talons un peu hauts. Elle descend l’escalier, attentive à ne pas déraper, le sac à mains coincé entre son flanc gauche et son bras. Zut ! La rame vient de partir. 3 minutes de perdues !
Elle ouvre de la main droite la fermeture éclair de son petit Longchamp, glisse les doigts dans son sac et attrape son iPhone. Elle alterne twitter et Facebook. Pas de messages de copines. Elle tape un sms mais elle ne l’envoie pas… Non, c’est décidé, à lui d’écrire d’abord.
Une nouvelle rame arrive. Elle referme son sac, garde son cellulaire à la main. Il va bientôt servir. Elle s’assied face à deux femmes replètes vêtues de survêtements et de savates usées. Le regard vide, elles fixent l’horizon étroit mais elles ne le voient pas, trop fatiguées qu’elles sont. L’un d’elles a posé à ses pieds un sac plastique contenant un Tupperware vide. Il stockait son encas, celui qu’elle se permet de croquer à 5 heures du matin. Ces deux-là sont copines, elles font le ménage ensemble depuis 7 ans déjà dans des bureaux déserts. Elles rentrent vite chez elles pour placer sur la table le petit déjeuner de leurs enfants tout juste levés. Leur journée continue. Quand ils seront à l’école, c’est chez elles qu’elles rangeront, passeront l’éponge et puis la serpillière.
Ludivine ne voit pas ses voisines. Elle n’est préoccupée que par son apparence. Elle reprend son IPhone, tapote l’icône Appareil photo, non pour fixer quelque instant fragile mais pour se regarder. Elle en fait un miroir. Elle passe en revue toutes les parties de son visage masqué par tant de couches accumulées. Elle place son index sur ce qu’elle juge négligé. Il faut bien pour cela, son regard avisé. Elle semble déjà parfaite alors comment trouver la moindre malfaçon ? Inspection fouillée de chacune des parcelles de son visage : le nez, les yeux, le menton et les lèvres, le front pour terminer. Elle ouvre son sac à mains, en sort une trousse à maquillage. Les retouches commencent. Pratique ô combien intime faite sous le regard de tous. La rame de métro devient sa salle de bains ! Elle rend quelque peu plus profond son regard de louve en soulignant ses paupières inférieures d’un coup de crayon couleur charbon. Elle saisit un tube de rouge à lèvres et redessine ses lippes d’un bordeaux très foncé. Elle se déforme les traits d’une grimace d’experte, plus par habitude que pour uniformiser la couleur. Elle choisit avec application le crayon assorti et commence à tracer un trait de contour sensé rendre sa bouche pulpeuse.
A cet instant précis le métro freine brusquement. Quelques passagers se rattrapent à leurs voisins qui eux-mêmes s’écrasent sur le poteau auquel ils sont amarrés.
Quelle catastrophe ! Le crayon Contour des lèvres a traversé le visage de Ludivine dans son entier ! Elle devient, par sa main, une œuvre de Picasso !


ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies