Média_Billet_9 On mange quoi à la cantine ?

On mange quoi à la cantine ?

On mange quoi à la cantine ? Tout dépend où nous habitons ! A Lyon, finis la cervelle de canut, le saucisson brioché, la quenelle et la tarte praline ! Tous aux légumes !
Le maire de la troisième ville de France, dont l’investiture a eu lieu en juillet dernier, ose instaurer ce qui figurait à son programme, à savoir : accélérer la mise en place d’alternatives végétariennes dans les cantines. Il est vrai que cela devient rare dans nos démocraties. Nous pouvons donc comprendre la polémique que cela peut engendrer.
La décision de ce dit maire est donc la suivante : instauration de menus uniques :  entrée plat et dessert, mais pas de viande en plat principal ni de bonbon à la choucroute en guise de dessert.
Einstein déclarait que les énergies les plus lourdes et donc les plus difficiles à faire bouger, étaient celles des habitudes.
Ce qui se passe à Lyon actuellement ne démentira pas les mots de cet homme éclairé.
Les menus changent dans les cantines et c’est la révolte, que dis-je, la guerre !
Ceux qui étaient pour deviennent contre, je fais allusion aux élus précédents.
Ceux qui n’avaient pas d’avis sur la question mais qui portent une autre étiquette politique que celle de la nouvelle municipalité s’opposent à ce choix, c’est une question de principe dans l’univers politicien. Recherchant des arguments bétons mais contraires est une question d’entraînement. Il suffit de cliquer sur l’onglet Antonymes et les idées affluent. `
Les syndicats professionnels de la viande se réveillent et contestent. Après les pertes financières de leurs adhérents, pertes liées bien-sûr aux fermetures des restaurants, voici les cantines qui se mettent au végétarien… pouvoir faire à manger mais choisir les ingrédients, où va-t-on ? Que va devenir cette filière dont les effets secondaires et collatéraux de l’élevage de masse empoisonnent la Terre ?
Il y a ceux qui attaquent l’aspect idéologique de la décision, allant jusqu’à parler d’endoctrinement et d’antisocial.
Tous les coups sont permis lorsqu’il s’agit d’opposition, pour ne pas dire d’opposition systématique, tant que cette opposition vient des bien-pensants.
Ce qui m’interpelle dans cette affaire, mis à part l’amusement qu’offre la comédie humaine, c’est que cette fois, qui est le complotiste ? Celui qui est pour ou celui qui est contre ? Celui qui est contre celui qui est pour ? Celui qui est pour celui qui est contre ? C’est à y perdre son latin…
Je me demande si, sur un sujet pareil, il ne serait pas judicieux de faire plancher nos scientifiques… Quel est le repas équilibré type que doit prendre un enfant ? Mais je propose aussi une autre recherche qu’un certain nombre mènent déjà mais qui ont peu voix au chapitre : quelles sont les conséquences de la culture intensive possible grâce à un certain nombre de manipulations génétiques sur la santé des enfants ? Y-a-t-il un lien entre la nutrition et le développement du crétinisme ?
Excusez-moi… je divague sans doute…
Puis faire plancher ensuite quelques historiens… depuis quand les enfants doivent-ils manger de la viande à chacun de leurs repas pour grandir correctement ?
Bon… ce que j’en dis et ce que j’en pense n’a guère d’importance mais je souhaite quand même partager ce qui m’a interpellé dans cette annonce : justifier des repas végétariens pour des raisons sanitaires… et non par philosophie, pire : arguer que distribuer des repas végétariens permettra d’aller plus vite.
Mais plus vite où ? plus vite pourquoi ? Jusqu’à quand faudra-t-il tout accélérer ? Est-ce vraiment écolo cela ?


 


ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies