Média_Billet_4 Tout pour sauver sa peau

Tout pour sauver sa peau

Le secteur des discothèques semblerait être le secteur d’activité le plus touché par les conséquences de la crise de la COVID19.
A ce jour, il existe 1600 établissements mais, que je sache, un peu plus du quart sont en liquidation judiciaire, ce qui est catastrophique pour le milieu… L’autorisation de leur réouverture recule de mois en mois et elle devrait avoir lieu, aux dernières nouvelles, au mieux en juin 2021. Encore six mois à tenir sans clients mais grâce à quelques subsides versés par l’État.
Alors, est-ce ce triste constat qui a inspiré le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs ?
Chercher la lumière là où l’obscurité est de mise, excepté quelques boules à facettes et quelques projecteurs ?
Faire à nouveau travailler les employés de ces lieux festifs, replacer quelques vigiles à l’entrée, ouvrir la porte après avoir regardé attentivement la tête et le costume des personnes qui se présentent ? Garder le port droit et fier, le regard légèrement hautain, juste ce qu’il faut pour en imposer…
Permettre aux barmans de recommencer à secouer les shakers prometteurs d’un délicieux breuvage, à une différence près… Cette fois, le liquide serait injecté grâce à une seringue, un fameux liquide qui permet de se protéger des soucis et des angoisses…
Les personnes chargées des vestiaires pourraient reprendre leurs places. Elles placeraient sur ceintre les vêtements des personnes qui viennent d’entrer dans la boîte. Elles auraient un peu plus de travail puisque tenues d’imposer à tout client se présentant, le passage du gel sur les mains avant de progresser dans la salle obscure, puis vérifier que les masques sont correctement placés. Toute tâche supplémentaire pourrait peut-être mériter une petite prime en récompense… à suivre…
Le personnel de ménage pourrait retrouver son poste et la valse des chiffons de poussière et des aspirateurs seraient possible à des horaires plus ordinaires, ce qui permettrait à chaque agent d’être rentré chez lui pour 19h, avantage non négligeable…
Quoi qu’il en soit et quelle que soit l’organisation de cette reconversion possible, est-ce le sauve qui peut qui a transformé la contestation en collaboration ? ou est-ce la croyance que la liberté sera recouvrée grâce au vaccin et qu’ainsi, l’heure de la libération engendrera un chiffre d’affaires jamais atteint ?
Ceux qui hier pleuraient, hurlaient, vociféraient sur le sacrifice imposé à leur métier par l’urgence sanitaire, proposent aujourd’hui leurs établissements comme lieux possibles de vaccination… Enfin… peut-être pas eux… mais en tout cas, le syndicat qui représente ces indépendants en perdition…
En effet, ce dernier propose de transformer les boîtes de nuit en lieux de vaccination d’urgence pour toute la population… Il se dit même ravi de contribuer à l’accélération du dispositif.
Alors, il va jusqu’à inviter les pouvoirs publics à prendre contact avec les exploitants de discothèques.
Cela ne manque pas de me questionner…
Que serais-je prête à faire si j’avais la corde au cou, les deux pieds sur une chaise à bascule, au bord de la chute et donc du gouffre ? Quel camp je choisirais ? Je resterais dans le mien, celui qui me tient à cœur ? Ou serais-je prête à basculer dans l’autre et même plus : le servir ? Pensant que mon cauchemar durera moins longtemps peut-être ? Où peut mener le sauve qui peut ? Quelles sont les limites que je clame haut et fort et quelles sont celles que je ne respecte plus parce que j’ai peur de ne plus exister ?
Nous sommes vraiment face à une question morale et éthique…
Céder sous la pression, moi, jamais ! Facile à dire… mais à faire ? Faute de pouvoir écouler des fûts de bière, certains semblent prêts à permettre aux laboratoires pharmaceutiques d’écouler des doses de vaccins. Hier, encerclés par des policiers afin qu’ils puissent s’assurer qu’aucune drogue ne circulent dans ces lieux de nuit, ces boîtes organiseront tout du mieux qu’elles peuvent pour permettre les piqûres fortement conseillées… et cela, pour le bien de tous… Sauver sa peau à tout prix !



ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies