Média_Billet_11 L'ère de la statistique

L'ère de la statistique

Au pays des calculateurs, les statistiques ont la part belle. Des calculs en tout genre, sur tout et rien. La multiplication des indicateurs, gage d’un contrôle à venir. Car oui, tout travail sur la construction d’indicateurs annonce, sans le dire, la vague qui suivra : faire entrer les personnes concernées dans des cases jugées normales, donc irréprochables.
Alors, chaque jour, de nouveaux taux apparaissent sur le marché.
Le dernier que j’ai découvert m’a fait quelque peu sourire…
La DRESS, acronyme de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques, n’a de cesse de mener des études puisque c’est sa vocation. Créée en 1998, elle agit pour le ministère de la Santé, celui du Travail et enfin celui de l’économie et des finances. Sa mission prioritaire est de doter ses ministères de tutelle d’une meilleure capacité d’observation, d’expertise et d’évaluation sur leur action et sur leur environnement. Tout cela est bien rassurant.
Le contexte présenté, je reviens donc au thème de ce billet d’humeur.
Dernièrement, cette direction a mené une étude appartenant à la campagne EpiCov. 135000 personnes représentatives du peuple ont été sondées, je vous rassure, il s’agit juste de sondage… sondées pour connaître la population la plus exposée au risque de contamination de la covid.
Cette étude indique que les 10% des français les plus riches ont deux fois plus de chances de contracter ce virus que les classes moyennes. Oui, vous avez bien entendu, le terme employé est bien celui de chance et non de risque… Peut-être est-ce l’habitude d’allier richesse et chance ? Comment être malchanceux lorsqu’on est riche quand une société a pour valeur essentielle l’argent ? C’est un non-sens voire une absurdité !
Quoi qu’il en soit, certaines recherches mettent à mal des croyances bien installées dont la suivante : « les riches sont mieux protégés ». Eh bien non, ça ne marche pas pour tout et à priori pas pour la Covid. En même temps, on parle de risque et non de réalité.
Et pour quelles raisons ?
La première serait que les riches font plus de rencontres. Leur carnet d’adresses étant plus fourni, les occasions de regroupement sont plus nombreuses et leurs maisons étant plus grandes, ils continuent de se recevoir. Ils peuvent loger sans souci les amis en vadrouille. La théorie du plus plus plus.
Cela voudrait-il dire qu’ils transgressent davantage la règle édictée par le gouvernement ? A priori oui puisque, et là nous abordons la seconde raison, leur porte-monnaie suit la logique de leurs carnets d’adresse. L’amende censée être dissuasive, n’a pas le même poids selon les revenus. Pour certains elle représente un mois de salaire et pour d’autres, leur taux journalier. Or, il semblerait que les réceptions sont des clusters en puissance… au même titre que les regroupements des pauvres dans la rue après 18h.
La troisième raison viendrait du télétravail mais surtout du fait qu’une personne aisée peut embaucher ce qu’elle appelle souvent, du petit personnel. Or, faire entrer chez soi un individu qui s’occupe du ménage, un autre qui garde les enfants, multiplie le risque de contaminations.
La quatrième raison énoncée est celle des résidences secondaires. En effet, partir dans sa résidence secondaire à l’île de Ré alors que l’on vient d’organiser une réception en toute discrétion, multiplie les risques de transporter la Covid dans ses valises.
En conclusion, il n’est pas dit que les riches soient plus contaminés que les pauvres. Mais leur aisance fait qu’ils sont davantage exposés.
Que va faire le Ministère de la Santé avec cette information de la plus haute importance ? Car j’imagine que si ce genre d’études est financée par nos deniers, c’est qu’elle est nécessaire.
J’ai hâte de savoir ce qui va sortir du chapeau !
Annoncer aux pauvres qu’ils ont de la chance d’être pauvres ? En plus, par les temps qui courent, ils se multiplient. Alors, pourquoi pleurer ? C’est une aubaine !
Supprimer les emplois à domicile pour éviter de contaminer les riches ? C’est une idée… Mais par quoi les remplacer ?
Vite ! Subventionnons d’urgence la recherche sur les robots !




ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies