Avez-vous déjà écouté votre corps lorsque vous entendez une injonction sur le faire, sur l’être, le penser, le sentir, une règle à respecter mais qui n’appartient qu’à l’autre, une vérité absolue, fruit d’une croyance, voire d’une habitude ? Percevez-vous un tremblement infime, un frisson, un petit sursaut le long de votre colonne vertébrale ?

Avez-vous déjà écouté votre cœur lorsque vous entendez une dévalorisation ? un jugement ? une critique ? Percevez-vous un battement particulier ? les chairs qui l’entoure se resserrent-elles un peu ?

Avez-vous déjà été attentif lorsqu’une moquerie, voire une ironie arrivait jusqu’à vous ? Sentez-vous les pores de votre peau frémir ? votre pigmentation changer ? Ce truc particulier dont on veut que personne ne s’aperçoive au risque de surenchérir ?

Et lorsque vous constatez que vous êtes englobés à un groupe dans lequel vous ne vous reconnaissez pas, que vous êtes comparé, jugé à l’emporte-pièce, étiqueté avec certitude, que se passe-t-il dans votre chair ? un picotement soudain ? un froid glacial qui traverse votre corps ?

Qu’en est-il de votre être lorsque vous souhaitez témoigner, mettre en partage, vous positionner et que vous ne réussissez pas à prendre la parole parce qu’au premier mot énoncé, quelqu’un vous interrompt, parlant à votre place, vous définissant, prétendant savoir ce que vous allez dire et ce que vous pensez réellement ?

Que se passe-t-il en vous lorsque vous énoncez votre désir le plus cher, le plus doux, le plus vivifiant et qu’il est accueilli par une brassée de peurs, de menaces, voire de rires, par ceux qui prétendent vous aimer ? Vous sentez-vous rapetisser, vous recroqueviller mais de l’intérieur afin de vous montrer digne ? Parfois la tête tombe d’elle-même quand la gifle est trop forte… Le sentez-vous ?

S’il vous plaît, je vous invite à devenir attentif à votre être dans son entier lorsque des messages négatifs arrivent jusqu’à vous…

Alors qu’au fil des jours les diktats s’entassent, qu’en est-il de votre cage thoracique ? Ressentez-vous cette oppression qui gagne du terrain et qui pénètre votre âme ? C’est insidieux, c’est lent mais assuré. Ça grignote et gagne du terrain. Par ce souffle pollué, pavé de bonnes intentions, l’air devient vicié et chaque petite cellule se fane, sans faire de bruit, tranquillement, mais sûrement.

Et il arrive un matin où le goût de vivre s’éteint… L’envie de mourir ? Non… pas vraiment… Juste la sensation que l’énergie ne coule plus dans votre être, une fatigue étrange, une indifférence certaine, un abandon passif, une perte d’appétit, le rire évanoui et le désir aussi. Connaissez-vous ces sensations ?

Elles m’ont accompagnées longtemps et sont venues me revisiter dernièrement. Il me plaît à croire que c’est pour que je puisse vraiment écouter et entendre le lien entre les mots et ces maux diffus de mon corps et de mon âme, pour que je conscientise, jusqu’au cœur même de mes cellules, combien Jacques Salomé avait choisi si justement ces deux acronymes : SAPPE et ESPERE.

SAPPE qui sape la vie en soi et la vie en l’autre, de manière sourde, aveugle, perverse, si pernicieuse et tellement énergétivore ! SAPPE qui sape la vivance, en riant parfois de ses bons mots… Ce système tentaculaire qui se reproduit à foison, telle une mauvaise herbe envahissante, tant au niveau micro qu’au niveau macro… du plus petit au plus grand, du noyau familial au système sociétal.

Ecoutez la radio, juste ce qu’il faut, écoutez ces hommes qui nous gouvernent, élus, nommés, finement choisis ou cooptés, regardez quelques émissions de télé en vogue, lisez la presse de temps en temps et osez la vigilance… Pour notre bien, combien d’injonctions, combien de menaces, de culpabilisations, de règles posées, de jugements portés ? Combien de lois votées pour vérifier, contrôler, nous préserver disent-ils ? Combien d’études financées par nos propres deniers pour nous prouver ce que nous devons faire, penser, être ? Et pour nous faire rire, combien de personnes tournées en ridicule, moquées, voire humiliées pour amuser l’auditeur, le téléspectateur, le consommateur ?

Le SAPPE est étatique et se mondialise… comme le reste… Finies les petites cuisines internes, ce sont aujourd’hui des chaînes qui traversent le monde…

Combien de médicaments ? d’anxiolytiques, d’antidépresseurs, de spafon, de ventoline et d’antidouleurs sont vendus pour atténuer l’impact des poisons diffusés ?

La vie… c’est quoi la vie ? une étincelle, une énergie, un souffle, un diamant. Cette petite flamme fragile et précieuse a besoin de soins, de bienveillance, de tendresse, de douceur.

Ce qui est extraordinaire, c’est que le pile existe parce qu’il y a le face. Le vrai existe parce qu’il y a le faux. La paix existe parce qu’il y a la guerre. L’ESPERE existe parce qu’il y a le SAPPE.

Merci Jacques, merci d’avoir choisi cet acronyme pour nommer l’ensemble de tes travaux. Il ne pouvait pas être plus beau. Energie Spécifique Pour une Ecologie Relationnelle Essentielle, essentielle à l’être et à la vie ! Nettoyer les liens, aussi nombreux soient-ils, des toxines devenues universelles, est une urgence pour redynamiser les êtres et ce qui les relie, à eux-mêmes et entre eux…

Sentez dans votre corps comme il est bon de recevoir du bon, comme il est doux d’accueillir du doux, comme il est tendre de récolter du tendre… Ecoutez comme votre âme se réjouit… Regardez comme vos yeux scintillent… Vos cellules dansent et rigolent. Elles fourmillent d’idées et de désirs ! Elles s’emplissent d’énergie. Elles sortent de l’errance pour prendre le chemin de l’espérance et de la vivance ! Vos pieds s’ancrent dans le sol et le haut de votre crâne se relie aux étoiles. C’est merveilleux !

Alors il devient possible et énergétisant de prendre soin de nos frères, de nos sœurs, de nos aînés et de nos enfants, de notre terre mère…

L’écologie, dans toute sa dimension, dans toutes ses dimensions !

Anne Weyer

1 Comment

  • merci Madame Anne Weyer, c est doux , c est bon, posé… et quel écho !

    Sylvette
    Posted 13 mars 2019 at 20 h 54 min

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.