Le nouveau bâton de parole est arrivé ! Plus besoin de le présenter et d’en rappeler les règles au sein d’un groupe. Comme quoi… tout arrive à qui sait attendre ! Aujourd’hui, il s’impose de lui-même. 

Je ne suis sans doute pas la seule à constater combien l’écoute est la posture la plus difficile et la plus délicate de la communication. En effet, il suffit d’observer le fonctionnement d’un groupe de personnes réunies autour d’une table, qu’elle soit d’apéro, de repas ou professionnelle. 

Chacun tente de placer ce qu’il a à dire. Coupant la parole sans vergogne, voire posant une question, non par intérêt porté à l’autre mais juste pour pouvoir caser son histoire, les stratégies sont nombreuses au pays des bavards. Cela passe des apartés à l’ignorance, du faire mine de ne pas entendre au parler plus fort, de la sourde oreille à l’ignorance affichée, de la moquerie qui cloue le bec à la dévalorisation envoyée… que de tactiques opérées ! Nombreuses sont les réunions qui se terminent en grand bazar. 

Depuis le confinement, plus de visualisation possible et donc plus de bâton de parole non plus… De plus, cet outil de communication risquerait de passer le p’tit Coco de concert avec la parole si toutefois nous nous rassemblions. Pas de ça s’il vous plaît ! Règles de précaution obligent… 

Mais quelle heureuse surprise de constater qu’il n’est plus nécessaire de poser cet objet délicieux au beau milieu d’un groupe. Les rassemblements à distance se mettent en place grâce à des applications appropriées. Des petits carrés s’affichent sur l’écran d’ordinateur. Chacun montre sa trombine et les échangent se régulent très facilement. 

Oui parce que, par Zoom ou Skype, pas moyen de parler tous en même temps. Chacun doit attendre son tour au risque de générer un brouhaha généralisé. Alors les personnes attendent, tranquillement. Et pour être sûres de ne déranger personne, elles peuvent aussi se couper le sifflet elles -mêmes. Elles écoutent l’autre, ou fond mine de… Quoi qu’il en soit, une seule personne à la fois pour la prise de parole. Et bien que les rires puissent fuser, terminée l’insulte de la non-écoute. 

Coco a réussi aussi à provoquer cela ! Quel pouvoir a cette petite bestiole ! Elle oblige les humains à tout un tas de trucs dont l’écoute. Et cela, c’est quand même merveilleux ! 

Coco crée des dégâts mais aussi de calmes débats, des échanges plutôt tranquilles. Alors bien-sûr, certaines personnes s’effacent et ne disent mot. Mais cela existait déjà avant l’arrivée du confinement. Prendre sa place au sein d’un groupe n’est pas chose facile pour chacune et chacun et nombreux sont ceux qui se confinent en eux-mêmes par peur d’être jugés ou par manque de confiance en eux. Cette période de repli peut leur permettre de prendre le chemin de leur intérieur et se questionner sur le sens de leurs retenues… Retenir, retenir, mais ce ne serait pas un truc d’égo encore ? 

Je crois bien ! Cet égo est un peu comme coco. Il est surprenant et très malin, parfois calme et parfois violent. Il provoque tant la prise de parole envahissante que l’absence de mot. La personne qui le porte réagit avec qui elle est… cela dépend de ses défenses qui ne sont pas qu’immunitaires. Quoi que… 

Cependant, pour ceux qui en font un objet important au quotidien, conservez-bien votre bâton de parole. Il peut quand même être utile dans ces communications à distance. Chacun le sien et il suffit de le montrer pour exprimer aux autres sa demande de parole. 

Beaux échanges. 

Anne Weyer 

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.