Nos têtes pensantes réfléchissent sur demain. Comment sortir du confinement sans réveiller la fièvre galopante de Coco ? 

Les spécialistes des maladies infectieuses, les financiers, les hommes d’affaires fortunés et les politiques se serrent les coudes pour sortir de leur chapeau le moyen miracle ! 

Et ils s’en approchent semble-t-il… La démarche retenue pour l’instant est la suivante : test, programme installé sur le téléphone portable du citoyen et pistage. 

Si j’ai bien entendu et compris ce qu’ils concoctent, ils s’apprêtent donc à nous tester les uns après les autres. Finis les tests de QI pour l’instant, ils s’arrêteront juste sur l’examen de nos narines. 

Le corps médical équipé par un labo spécifique, se chargera de la première étape du processus. Trois tas seront constitués. Le premier regroupera les non-infectés. Le second sera constitué des porteurs sains et le troisième des porteurs malsains… Euh… Mais qu’est-ce qui me prend ? Je dérape ! Le troisième englobera tous les porteurs ayant déclenché la maladie. Il sera composé de deux sous- groupes : ceux qui ont résisté et ceux qui se battent encore contre le souffle coupé. 

Les personnes qui prendront le relai de cette minutieuse recherche nous obligeront à pucer nos téléphones. Je n’ai pas encore entendu parler de puces sous la peau. Mais c’est vrai que ce serait une excellente idée parce que plus pratique et plus sûre. Les étourdis n’auront plus aucune excuse. Sur cette puce, notre matricule et notre groupe : A, B, C1 ou C2. 

Puis chacun rentrera chez soi et reprendra sa vie, de confiné ou pas. Seuls les A auront l’autorisation de sortir. Les autres seront condamnables s’ils dérogent à la règle. 

Excellent moyen de nous sortir de cette horrible impasse. 

Lorsque j’entends ça, j’ai un peu froid dans le dos… Ce chenapan de Coco serait-il là pour rendre tout un chacun pistable, en imaginant que ce ne soit d’ailleurs pas encore le cas… 

En fait, c’est comme tout. Chaque objet peut être utilisé à bon ou mauvais escient, chaque mot sorti de notre bouche peut être bon ou mauvais. Chaque évènement apporte du positif et son lot de négatif. 

Mon questionnement demeure quand même : quid de ce pistage lorsque Coco sera achevé ? Jusqu’où iront-ils ? Sauront-ils stopper cette toile d’araignée avant qu’elle ne devienne encore plus étouffante que le virus lui-même ? 

L’Homme peut être bon, il peut aussi être tordu… La course au pouvoir et à l’argent rend parfois féroce. 

Alors je suis assise devant mon thé du matin, et je ne sais pas quoi penser de ce qui nous est présenté comme une prévention et une prudence. Toutes ces mises en place au goût quelque peu rance sont d’ailleurs toujours parfaitement vendues. Les écoles de Marketing ont dû bien travailler sur leur transmission de savoirs, car les méthodes d’aujourd’hui sont redoutables. 

Puis, quelques minutes plus tard, j’entends une femme exprimer qu’il est hors de question de l’obliger à rester enfermée chez elle, que cela est une atteinte à sa liberté. Elle organise d’ailleurs une chasse à l’œuf le dimanche de Pâques pour tous les enfants de l’immeuble dans lequel elle habite. 

Alors là, je me dis qu’effectivement, ça craint ! 

Notre société de consommation à tout va a engendré une multitude d’autocentrés, des êtres incapables de penser qu’ils peuvent contaminer plus faibles qu’eux… Le principe de prudence ne fait pas partie de leurs valeurs. Ils agissent pour eux et ne se préoccupent que d’eux. Souvent d’ailleurs, ils se sentent invincibles pour ne pas dire tout puissants. 

Ils se rebellent contre les directives gouvernementales sans réaliser que par ces attitudes d’adulescents, ils renforcent le tour de vis et le contrôle qui se préparent. Ils donnent du grain à moudre à tous les extrémistes sans aucune conscience. Ils collaborent à la mise en place d’un système qu’ils décrient. 

La nature humaine me questionne vraiment… 

Comment éveiller les consciences avant qu’il ne soit trop tard ? 

Anne Weyer 

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.