… tout le bonheur du monde ! 

Je vous souhaite de pouvoir trouver le chemin entre ce que vous vivez ici, maintenant, et votre cœur. Lorsque vous posez vos pieds sur ce sentier, finie l’explosion mentale… elle se calme, au fil des pas. Tout ce que vous appeliez raison dégage enfin les senteurs de la déraison. Vous réveillez votre discernement par trop noyé au beau milieu d’informations contradictoires et anxiogènes. Et vous vous posez, là, sur ce petit coin de verdure qui accueille le muguet en éclosion. Vous entrez en contact avec plus grand que vous, bien qu’apparaissant tout petit. 

Observez ces petites clochettes de soie. Elles suivent leur instinct et s’épanouissent pour vous offrir toute leur magnificence. Elles sont balancées par le vent quand nous le sommes par la tempête actuelle, mais elles sont présentes au rendez-vous. Elles offrent ce qu’elles ont de plus beau, au-delà de leur fragilité apparente… Discrètes, elles tintent en douceur… Elles nous soufflent au visage leur haleine sacrée. Quelle délicatesse, quelle pureté dans les traits… 

Cette jolie fleur, symbole d’honnêteté, nous invite à l’être avec nous-même. Alors… dans ce calme installé, puis-je me questionner sur mes propres attitudes ? Suis-je honnête, avec moi, avec l’autre ? Et comment l’être avec autrui si je ne le suis pas, de moi à moi…. Enigme à solution inexistante… 

Puis-je interroger ma conscience ? 

Qu’est-ce que je donne, qu’est-ce que je propose aux personnes avec lesquelles je suis en relation ? suis-je en mesure d’être comme cette petite branche clochetée qui offre sa fragrance et sa grâce sans rien attendre en retour ? suis-je capable d’accueillir ce qui me vient de l’autre, sans ironiser ni minimiser ses propos, sans les rejeter, comme ces petites perles blanches qui écoutent, sans se froisser ni se flétrir ? ai-je l’aptitude à sortir des attentes incessantes, des demandes perpétuelles, sortir des débats en cherchant le combat, l’air de rien ? ou suis-je un peu comme cette création de la nature qui sait suivre le mouvement induit par la brise sans être dans la résistance, sans se rompre à vouloir contrer ce qui se présente ? 

Le muguet de mai n’a pas d’égo. Il ne se perd pas dans une agitation vaine. Il est juste un petit bouquet au cœur empli de calme… 

Et plus que le symbole du bonheur, il est avant tout celui du bonheur retrouvé d’être ensemble. Il montre le chemin de la réconciliation… Ces grelots blancs ont chacun leur place, ils ne cherchent pas à voler celle de l’autre, ils ne se poussent pas d’un coup d’épaule. Ils s’accordent, tout comme les étourneaux dans le ciel… 

Alors, si nous nous appliquions à écouter et entendre leur message divin ? 

Je vous souhaite de prendre le temps de vous relier à vous-même… Qu’est-ce qui vous met en joie ? Chamaille ou dispute ? Quels sont ces instants qui vous apportent calme, silence et félicité ? 

Le moment est venu de baisser vos armes verbales, gestuelles et peut-être matérielles… Un jour férié vous est offert pour oser cet art de vivre… 

Observez cette petite merveille… n’est-ce pas un message envoyé par les anges ? 

Anne Weyer 

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.