En cette période particulière, quoi faire ?

Coupé de cette sacro-sainte société de consommation, plus d’étourdissements possibles dans les zones commerciales. Chacun se retrouve face à lui-même mais peut-être avant cela, face à sa télé, son ordi puis… face à ses proches.

Et que se passe-t-il alors ? Est-ce un bonheur ? une déception ? une angoisse ? Que se passe-t-il vraiment et que faire de ces instants de face à face ?

Je n’ai jamais reçu autant d’appels en si peu de temps, et peut-être n’en ai-je jamais autant donnés ? Je ne sais pas… Quoi qu’il en soit, ce que je sens, c’est la puissance de la colère …

Chacun son exutoire, ce dernier pouvant bien-sûr changer. Celui qui remporte la palme de bouc- émissaire semble à priori être notre chef d’Etat et ses acolytes. Tout lui est reproché : ce qu’il a fait, pas fait, ce qu’il aurait dû faire plus tôt, plus tard, et j’en passe…

Et si chacun stoppait, au bord de ses lèvres, tous les propos agressifs et rageurs, toutes les critiques et tous les jugements prêts à en sortir ? Ne serait-ce pas une belle initiative ?

Et si chacun écoutait quel est vraiment le sens de sa colère ? Est-elle le langage de ce mécontentement- là ? N’est-il pas ailleurs ? Dans l’intime de la vie ?

N’est-ce pas le moment de l’introspection ? Le silence et le chant des oiseaux enfin audible en ville ne présentent-ils pas une magnifique opportunité pour prendre le temps de se relier à soi ? de se calmer ?

L’autre n’a pas le pouvoir de nous mettre en colère. Il est seulement responsable de ce qu’il dit et fait, de ce qu’il ne dit pas ou ne fait pas. L’émotion n’est que le réveil de nos blessures anciennes…

Je vous invite à sortir de la victimisation qui ronge le monde, à ne plus y collaborer, à relever les manches pour mieux vous responsabiliser. Cette dynamique met en joie. Y-a-t-il plus important aujourd’hui ?

Nos chefs d’Etat et notre société ne sont-ils pas que le reflet de nous-mêmes ?

Alors, s’il vous plaît… retour au calme et à la douceur…. Il n’y a qu’ainsi que l’on peut montrer le Chemin… Montrer et être ce que nous souhaitons voir dans le Monde…

Calmons les ardeurs. Ecoutons notre cœur. Regardons les fleurs nichées au centre de tous les êtres et aidons-les à éclore… Certains ne les sentent pas. Pourtant, quel doux parfum en émane ! Ils ont besoin de votre aide. A plusieurs, tout est plus facile.

Même en période de confinement le rapprochement est possible.

Tendre une main, sourire, envoyer un baiser, exprimer sa tendresse, laisser exploser ses rires, adresser un doux message, montrer que l’ombre est là parce que le soleil existe… c’est possible de le faire, oui, c’est possible ! Et ça fait tellement de bien à la Terre.

Existent-ils des mères qui ne se réjouissent pas de voir transpirer l’amour entre ses enfants ? Je ne crois pas… c’est universel !

Anne Weyer

Je vous invite à partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.