Billet_billet_1

Je vous offre en cadeau…

En ce début d’année, je vous offre en cadeau mes vœux les meilleurs. Je vous souhaite douceur, tendresse et joie pour les mois à venir, au-delà des troubles vécus par nos sociétés essoufflées. Que chacune et chacun réussissent à se créer son coin de ciel bleu parce que personne ne peut le faire à notre place, cela est une de mes certitudes. Je vous invite à prendre soin de vous, de vos proches et des relations qui vous relient.
Ce cadeau n’est pas un objet, rien de matériel dans mes mots. Juste un présent au présent… Rien à revendre, pas d’argent à en tirer… Si ces phrases tombent un peu comme un pavé dans la mare, c’est parce qu’une fois de plus, je suis restée ébahie devant le marché qui se met en place suite à la distribution des cadeaux de Noël.
EBay se frotte les mains des transactions à venir car, études à l’appui, un tiers des français est déçu par au moins un de ses cadeaux. Ces derniers représentent à priori un budget de 363 millions d’euros. Leur revente semble se démocratiser et selon la même étude, 7,3 millions de français prévoient de revendre leurs présents indésirables.
Ces termes portent à confusion, je vous l’accorde… Au singulier, cela donne effectivement un présent indésirable… N’est-ce pas symbolique ?
Plus les cadeaux se multiplient, plus les chances de générer une déception sont nombreuses… Certains sont prudents et préfèrent contourner ce ressenti désagréable en créant leur liste au père Noël, comme dans leur tendre enfance. Dans notre société axée sur le désir, la frustration devient quasi intolérable et le seul moyen restant pour ne pas se gâcher la vie est de contrôler la situation autant que faire se peut.
N’est-ce pas ce qui se passe à un niveau plus général ? Un présent indésirable ? Que fais-je face à ça ? Je contourne, je fuis, je m’évade, j’évite, j’attaque ? Et, quelle que soit la stratégie choisie, le présent a-t-il toujours sa place ?
Aujourd’hui, qui vit vraiment au présent, noyé, perdu la plupart du temps dans les histoires du passé ou angoissé en pensant à l’avenir ? Et pour ne plus penser, le pouce actionne une télécommande pour faire défiler des chaînes en boucle, tout voir sans rien regarder vraiment, l’index parcourt un écran de téléphone et fait défiler à toute allure des tranches de vie d’amis réels ou fantasmés, amis qui s’arrêtent de bouger juste pour poser pour la photo, avec le sourire qui va bien, une petite retouche ou une annulation si le cliché ne convient pas, si les personnes ne se trouvent pas assez belles… Un peu comme les cadeaux de Noël… ça me plaît ? Ok je garde. Ça ne me plaît pas ? Je donne… Non, ça c’était hier.
Aujourd’hui je vends… Et pour me conseiller, j’ai à ma disposition des articles qui m’expliquent comment m’y prendre… Voici donc quelques exemples de conseils pratiques : 1. ne pas déballer le produit – mais alors, comment savoir s’il me plaît ? 2. Préciser sur l’annonce qu’il s’agit d’un cadeau de Noël parce qu’apparemment c’est vendeur. Cela serait une preuve de neuf. 3. Préciser le prix de vente de départ et le pourcentage de réduction dû à la revente immédiate. 4. Faire de jolies photos pour mettre en valeur ce que vous ne trouvez pas à votre goût et 5. Donner un maximum de détails sur le produit pour qu’il suscite l’envie ou le désir de possession ! Exercice osé pour quelqu’un qui souhaite se faire de l’argent sur quelque chose qu’il n’apprécie pas…
En fait, quoi de choquant ? Quoi de choquant dans une société où l’argent est devenu le maître mot ? Où peut-être la limite ?
Ma question est surtout celle de la conscience… Où en est la conscience ? Comment l’humain est-il devenu si vénal, faute d’être veinard ?
Je me vois préparer les cadeaux que j’ai la joie d’offrir et mon cœur se serre. Je m’y prends de longues semaines avant. Je fouine, j’imagine, je pense à la personne à qui ce présent est destiné, je cherche ce qui pourrait lui plaire et je suis heureuse de faire empaqueter ce que j’ai finalement choisi pour elle ou pour lui… Je suis loin d’imaginer que ce soit reçu comme une horreur ou que cela puisse générer une telle frustration que le langage du cœur ne soit pas entendu ni reçu mais, source de quelques euros de plus aussi vite dépensés sur un site de vente en ligne…
Je reste une éternelle optimiste et je souris en me racontant que lorsque le présent sera désirable, les cœurs sauront à nouveau parler et s’écouter.


ANNE WEYER 

.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies